Valentin Chesneau-Daumas

Un Patrimoine industriel français

1/
J’ai souhaité évoquer la profonde transformation qu’a connu la France dans le domaine industriel. En effet, dès la fin du XIXe siècle, on voit apparaître un considérable essor industriel, avec un doublement de la production en quarante ans, entre 1870 et 1910. Cet essor, qualifié aujourd’hui de deuxième révolution industrielle a, entre autres, été engendré par la maîtrise de l’électricité, puisque la première dynamo a été créée en 1871. Toutefois, le charbon est resté encore quelques décennies la source principale d’énergie.
Les usines, mines et manufactures édifiées à cette époque portent les marques de la puissance, volonté des maisons mère dans une course à la capacité de production. On les remarque de loin le long des cours d’eau, avec leurs hautes cheminées et parfois leurs toitures à redans pour permettre un bon éclairement à l’intérieur. Chaque type d’activité a inventé une nouvelle forme pour répondre aux besoins de la production, ainsi de hautes et larges cheminées culminent aux côtés des hauts fourneaux, les puits de fer et de béton dominent le paysage des régions minières, ou des grands bâtiments aux façades redondantes s’étirent pour la mise en place d’ateliers en chaîne.
Lorsque les activités ont cessé, à la suite de la mondialisation et donc des délocalisations, les bâtiments sont restés, vides de tout outillage de valeur, à la merci du temps. Certains ont été détruits immédiatement, d’autres, situés sur des terrains de valeur ont été vendus puis reconvertis, d’autres encore ont été inscrits au patrimoine français ou mondial et sauvegardés, pour le moment. Il m’a donc semblé nécessaire de créer un inventaire photographique des ces édifices, de manière à faire perdurer dans le temps la mémoire collective française de l’industrie.

English

FrenchEnglish